PÉRUWELZ

Mercier ouvre son nouveau fournil

La maison leuzoise Mercier ouvrira une boulangerie à Péruwelz avec magasin placé au coeur du fournil. De quoi partager son amour du métier.

Sous peu, une ancienne boulangerie péruwelzienne sortira de sa léthargie pour se laisser envahir derechef par les odeurs de pain. Située à la rue Astrid, elle accueillera la nouvelle boutique de la maison leuzoise Mercier. En ces lieux remis à neuf, on retrouvera moult produits confectionnés par l'équipe de Carine et son époux Eddy.

«Tout sera réalisé sur place dans un four flambant neuf, lance la patronne. En pierres spéciales, il comprend trois étages respectivement chauffés au bois, au gaz et à l'électricité; de quoi donner un goût particulier aux pains et faire des économies d'énergie.»

Autre particularité : le magasin sera ouvert sur l'atelier de fabrication. Les clients pourront donc voir les boulangers à l'oeuvre.

«Le but est de se démarquer des autres, promouvoir notre métier et montrer que nous n'avons rien à cacher.»

Il faut dire qu'animée par la volonté de toujours proposer des produits de qualité conçus dans le respect de la tradition, la maison Mercier est fière de ce qu'elle propose.

«Nous fabriquons tous nos produits nous-mêmes, avec des denrées fraîches, jamais avec des surgelés.»

Bientôt 40 ans

Fondée à Leuze, la maison Mercier soufflera bientôt ses quarante bougies. C'est en effet en 1969 que le regretté Georges Mercier a repris la boulangerie Jourez, à la rue de Tournai. Vingt-trois ans plus tard, il passait le flambeau à ses fils, Eddy et Patrick, qui ont continué à mitonner pains, viennoiseries, chocolats et glaces.

«Actuellement, nous employons une vingtaine de personnes dans notre magasin leuzois et son fournil, dit Eddy. L'équipe s'étendra encore avec l'ouverture à Péruwelz.»

Parmi les employés, on compte aussi un livreur. Car la boulangerie livre, sur commande, dans l'entité de Leuze et même au-delà. «Nous avons aussi une succursale à Anseroeul et, depuis juin dernier, un lieu de fabrication et de vente à Basècles. Nous en avons confié la gérance à Stéphane Legros.» En parallèle, la boulangerie leuzoise collabore avec des indépendants et compte ainsi nombre de dépôts. Enfin, elle livre son pain à diverses institutions.

Passionnés

Si l'entreprise n'a cessé de grandir, elle ne s'est jamais départie de son esprit familial et de la passion du bon pain inculquée par Georges Mercier. Aujourd'hui comme hier, l'amour du métier anime toute la famille. Il faut dire que si Patrick et Eddy sont tombés dans la farine étant petits, c'est aussi le cas de Carine, dont le papa, Bernard Fourez, était boulanger.

«Mon épouse représente la quatrième génération de boulangers au sein de sa famille, glisse Eddy. Travaillant avec nous, elle a toujours eu envie de piloter sa propre boulangerie. Lorsque l'occasion s'est présentée à Péruwelz, nous avons sauté dessus.» La boutique rue Astrid s'appellera ainsi «Mercier Carine». Et plus qu'une belle opportunité d'expansion pour la maison leuzoise, cette ouverture représente une sorte de retour aux sources. «Étant jeune, mon papa a été ouvrier dans cette même boulangerie», conclut Eddy nostalgique.