LAMBERMONT

«Le Ramouni» au centre du village

Inauguration de l'oeuvre d'art «Le Ramouni de Lambermont » sculptée par un artiste alsacien à l'initiative du comité local du patrimoine.

Les 20e Journées du patrimoine ne passeront pas inaperçues à Lambermont (Florenville).

En effet, les villageois ont accueilli leur Ramouni qui, aujourd'hui, trône en Seigneur sur la place du village.

«C'est dans le cadre du contrat de pays d'une durée de quatre années, que ce comité a bénéficié, via le Beau Canton, d'un subside unique de 2000 €» explique Éric Gelhay, échevin. «À l'époque, Lambermont a été le seul village de l'entité a proposé un projet concret qui a abouti sur cette réalisation.»

Un comité du patrimoine

Créé il y a trois ans, ce comité du patrimoine a pour but la restauration des monuments du village, mais aussi rassembler annuellement tous les villageois autour d'un repas typique. «Sauvegarder son patrimoine, c'est donner vie à ses racines.

»La rénovation du Christ du Paquis, du bélier, de l'abri de bus, de la fontaine, ainsi que le fleurissement du village et le rassemblement régulier des villageois : tout cela fait partie de la valorisation de notre patrimoine», dira le président Herbart Beyers. Sur leur lancée, ils ont voulu mettre en évidence «Le Ramouni» en lui offrant une place de choix au coeur du village.

Au départ, ils ont vendu des verres d'Orval à l'effigie du Ramouni afin de rassembler les fonds nécessaires pour réaliser cette oeuvre d'art.

L'origine de Ramouni

C'est en présence du bourgmestre Richard Lambert, des autorités communales, du Beau Canton et des villageois que cette statue a été dévoilée officiellement. «Avec cette nouvelle statue, que nous avons pu faire réaliser grâce aux subsides du Beau Canton et au préfinancement de tous ceux qui ont acheté un verre d'Orval avec gravure de l'oeuvre d'art, nous invitons les promeneurs, villageois et touristes, à découvrir l'histoire de notre village et des habitants.» tel sera le mot de la fin du président du comité local du patrimoine.

Le début du XIXe siècle vit la construction de petites maisons en bordure de l'étang. Ces maisons étaient habitées par des fabricants de balais de bouleau, les «Ramons», dont l'exportation était assurée vers la France, toute proche. Ceci était à la base de l'appellation des villageois de Lambermont : les «Ramounis».

Le sculpteur est alsacien

Après s'être déplacé en Alsace, le président a noué des liens avec un sculpteur et imagier local.

C'est Monsieur Bosshardt de Thannenkirch (Alsace), troisième génération de sculpteur sur bois mais également bourgmestre de la cité, qui a sculpté cette oeuvre d'art du Ramouni.

Il avait déjà réalisé le Christ du Paquis à Lambermont. Il est spécialisé dans les métiers, mais aussi dans les miniatures du temps passé, tout en décorant des portes et portails.

Suivez notre page L'Avenir Luxembourg sur Facebook