LES GRANGES EN FETE CE WEEK-END A ABOLENS

La première édition du festival Les Granges a permis d'allier culture et patrimoine ce week-end à Abolens. Le but : (re)créer du lien social.

Organiser des concerts et des expositions dans des granges, dans le cadre d'un festival dont le mot d'ordre est la convivialité. C'est l'idée pour le moins originale qu'a eue Christophe Mathéi, un des dix administrateurs de l'ASBL Amicale d'Abolens créée il y a un an et demi d'ici.

Ce dernier, habitant le village de l'entité hannutoise depuis 2006, revient sur la genèse du projet qui a vu le jour en décembre 2007. «C'est en me baladant dans les rues du village que je me suis rendu compte que les granges y sont très présentes. Une des rues en compte d'ailleurs pas moins de dix ! Ces granges, qui sont le témoin d'une activité agricole passée, ne vivent pour la plupart plus aujourd'hui. L'idée était donc de faire revivre ce patrimoine.»

Il s'agissait néanmoins de ne pas négliger l'aspect festif et culturel. Et ce fut le cas ce samedi avec la présence dans cinq granges des rues de Lens-Saint-Servais et du Vivier de divers artistes, qu'ils soient musiciens, peintres ou photographes, régionaux ou internationaux. «Au départ, on pensait organiser une nuit des granges. Mais, vu l'enthousiasme affiché tant par les artistes que par les partenaires, on a décidé de créer un véritable festival des granges, étalé sur une journée», raconte Christophe Mathéi. Dans un cadre intimiste, on pouvait ainsi assister à des concerts aussi variés que ceux de Stéphanie Soreil (pop-rock), de Custom (blues) ou des frères québecois Lemay (folk). On pouvait également sillonner les expositions de Marcel Vandemergel, Emeline Bouchat, Arlette Boucquey ou encore Cécile Darcis. Ici aussi, il y en avait un peu pour tous les goûts.

Les nombreux enfants présents n'étaient pas oubliés, une rue et une grange leur ayant été réservées. Outre la présence d'une conteuse et d'une grimeuse, la possibilité leur était aussi offerte de pratiquer différents sports et de s'amuser dans un château gonflable. Les jeunes non plus n'étaient pas en reste, la journée du samedi se clôturant par une soirée dansante animée par DJ Picsou. Avant cela, Walhachodrom, un groupe de jeunes musiciens du cru, a assuré l'animation. Dimanche, diverses activités étaient encore organisées, parmi lesquelles une brocante gratuite et un grand barbecue auquel ont participé 250 des 340 habitants que compte le village. Faire en sorte que les gens, y compris la trentaine de bénévoles mobilisés pour l'occasion, se rencontrent et s'amusent. En d'autres termes (re) créer du lien social.

C'était le but poursuivi par l'initiateur de la manifestation et on peut dire que le pari fut réussi.