PEPINSTER SOIRON

Le théâtre fait vivre la rue

«Soiron sur scène» est un label qui fera date. Pour une première expérience, le festival de théâtre de rue est un véritable succès.

Captivant, le théâtre de rue. Et quel décor plus adéquat que le centre de Soiron, l'un des plus beaux villages de Wallonie, pour accueillir les tréteaux de ce premier festival du genre. C'est ainsi que pour un dimanche, la Place de l'Église, l'esplanade du Grenier d'antan et la place du Bac, par la magie de gradins improvisés, se transformaient en lieu d'accueil pour comédiens.

C'est donc sur trois scènes distinctes que les comédiens se produisaient en alternance tout au long de l'après-midi. On applaudissait ainsi «The Primitives», le duo de Goerdie et Wally dans «Le Lac des cygnes», puis le «Zyrgomatik» avec des numéros de cirque en musique, ou encore «Les Six faux Nez», pas syphonnés mais jouant à merveille l'absurde du réel et de la fiction. Entre les prestations de Lippo dans «L'orgue de Barbarire» avec ses clowns, jongleurs, équilibristes et acrobates, et le grand final en musique avec «Kermesz à l'Est» mêlant une multitude d'instruments qui ne sont pas forcément compatibles sur le plan sonore, c'est aussi tout naturellement le trio désopilant de «Rubis Cube» qui rameutait la foule à deux reprises dans la journée.

Et sur le coup, il faut bien avouer que les sympathisants étaient venus en nombre puisque les co-organisateurs de cet événement unique en son genre sont trois anciens animateurs du Patro de Cornesse, déjà connus en Avignon, et qui trépignaient d'impatience à l'idée de se produire enfin dans ce décor grandeur nature de leur commune. Ainsi donc, pour Eddy Vanderheyden, Daniel Schmitz et Baptiste Dellicour, c'était en quelque sorte un retour aux sources pour une première du genre qui allait tenir toutes ses promesses à la faveur d'un spectacle grandguignolesque d'une durée de trois quarts d'heure et intitulé «Lèpre et sentiments»

Avec le coup de pouce d'un généreux soleil, les spectateurs étaient au rendez-vous pour applaudir facéties et comédies, mais aussi pour se régaler des spécialités du coin en marquant un temps d'arrêt agréable et très convivial. Ici, on dégustait la bière spéciale de Soiron, brassée pour l'occasion par les Amis du Ban, et plus loin, entre saucisses odorantes et pâtés du coin, on s'attardait à la buvette du football club ou auprès des jeux pour enfants qui faisaient diversion, tout comme le théâtre de marionnettes.

Enfin, au fil des rues, le choeur d'hommes «In Extrémis» déambulait de scène en scène pour des animations itinérantes qui assuraient aussi les intermèdes entre les différents spectacles.

Que du bonheur donc pour cette première initiative du genre qui devrait sans aucun doute s'adjuger désormais une place appréciable au calendrier des manifestations culturelles pepines.