GERPINNES

Les Gerpinnois ont osé le dialogue

Le temps d'un samedi, les Rolendiens ont côtoyé les personnes issues d'autres cultures vivant sur le territoire gerpinnois. Un vrai succès!

Briser les tabous, faire tomber les préjugés, aller à la rencontre d'autres cultures... Voilà quelques objectifs que les organisateurs de la première journée multiculturelle et intergénérationnelle s'étaient fixés. Intitulée «Osons le dialogue», cette journée de rencontre, de partage s'est déroulée ce dernier samedi dans la cité rolendienne. «L'action s'inscrivait dans le cadre de l'année internationale du dialogue, explique Edmond Van Der Meiren, président de la Croix-Rouge de Gerpinnes. Nous travaillons sur ce projet depuis le début de l'année. La finalité de l'action est de parler de l'accueil des immigrés en zone rurale. L'intégration est plus difficile dans la campagne qu'en milieu urbain!»

La section locale est l'instigatrice de cet événement qui a connu un franc succès. Pour la première fois, des acteurs de la vie associative gerpinnoise ont créé, le temps d'une journée, un lieu de rencontre entre les cultures et les générations. L'espace Allison de Jean-Jacques Cambier, le centre coordonné de l'enfance et le centre d'accueil Fedasil ont contribué à leur manière à cette journée particulière.

Une conférence, un repas et trois ateliers

Qu'ils soient originaires d'Afrique, d'Amérique ou d'Asie, les immigrés représentent une petite communauté sur le territoire de Gerpinnes. Samedi, ils se sont mêlés à la population gerpinnoise. L'ambiance était conviviale, le dialogue était primordial. De nombreux échanges ont eu lieu que ce soit via la conférence du matin ou les activités de l'après-midi.

Éminent professionnel de l'immigration et docteur en psychologie, Altay Manco de l'IRFAM (Institut de Recherche, Formation et d'Action sur les Migrations) a longuement parlé des bénéfices de l'interculturalité. Comment peut-on mettre en synergie positive des gens issus de l'immigration culturelle? Plusieurs méthodes sont possibles, plusieurs pistes sont avancées par les divers intervenants de la conférence. En zone rurale, l'intégration peut se faire par l'outil artistique, la création d'un spectacle culturel, par exemple. Non seulement, cela permet aux immigrés de s'enrichir au niveau du français mais aussi du lien social.

La création d'une journée interculturelle est surtout un moyen efficace de mettre en relation les immigrés et la population locale. Le constat était d'ailleurs éloquent ce dernier samedi à Gerpinnes. Le temps de midi, avec la prise d'un repas commun, a permis de rapprocher plus facilement les différentes cultures présentes sur le territoire gerpinnois. Intitulé «Saveurs d'ailleurs», le dîner a permis de découvrir des spécialités de divers pays.