SILLY

Nuit de la Musique: ça bouge!

La 11 e édition de la «Nuit de la Musique» sillienne a fait beaucoup de bruit. Un nouveau voyage fait de belles découvertes et de rencontres...

La Nuit de la musique a entraîné, samedi, des centaines de spectateurs curieux au coeur de concerts inoubliables. Un voyage à la découverte de lieux, de sons et d'images hors du commun, mais surtout, un voyage ponctué de rencontres plus merveilleuses les unes que les autres...

Tout commence par un décollage en trombe dans le fond d'une grange de la ferme des trois chênes à Hellebecq. C'est Orange Budz qui ouvre le bal. Dès les premières notes, le public semble attiré par les rythmes fous du groupe et l'incroyable énergie du chanteur.

Dans un tout autre registre, le tennis club La Venerie se teinte de couleurs orientales. Cette atmosphère chaude invite à la danse le groupe de danse du ventre du centre culturel de Silly. Une première! Le public ne veut rater cela sous aucun prétexte. La salle est même trop petite pour accueillir les retardataires. Heureusement, il y a plusieurs représentations...

Chapeaux et santiags sont de sortie à la taverne du Vieux moulin, lieu privilégié de la musique country.

Juste à côté, «Chez Marie-Anne», l'ambiance change du tout au tout. La musique dynamique mais intimiste en provenance d'Argentine vient colorer la taverne sillienne. Les airs de tango semblent presque hypnotiser le public.

Une invitation au voyage prolongée par les marins de Cré Tonnerre. Les badauds, présents en nombre au coeur de la Brasserie de Silly s'enivrent d'une histoire de pirates et de rhum. Le public s'est laissé embarquer à bord du navire en provenance de Virton, et une chose est sûre, personne ne semble avoir envie de jeter l'ancre... Les uns se laissent tenter par les rondes folkloriques, les autres par la bière au rhum du même nom, spécialement brassée en ces lieux pour le groupe.

Pour profiter au mieux de la fin de soirée, toutes les générations se retrouvent autour de Ça gratte ma puce. On pourrait quasiment se croire assis autour d'un feu de camp, à la belle étoile... Les paroles envahissent un écran pour que chacun puisse participer et apporter un peu de voix. Les chansons à gestes sont réclamées par le public tout au long du concert. Le groupe uni autour de ses guitares et du patro ne peut pas refuser. Il partage alors avec le public, debout et presque hystérique les deux dernières chansons de la soirée. Elles marqueront l'apothéose du concert, chacun mimant à sa manière les fourmis et les poissons. Fous rires garantis!

Cette année, sans tête d'affiche particulière, la Nuit de la musique invitait plus que jamais à la promenade, à la découverte. Un pari réussi pour la commune de Silly. «C'est une formule qui a fait ses preuves», explique le bourgmestre, Christian Leclercq. «Ce n'est jamais possible de faire tous les concerts mais les gens voyagent au gré de leurs envies. Le public est assurément intergénérationnel, c'est là que l'on voit que la promotion musicale à Silly est reconnue par tous...»