SOIGNIES

Les enfants de la différence

L'asbl «Les enfants de la différence» a été créée voici trois ans par des parents d'autistes qui s'étaient réunis à quelques reprises. Ils voulaient créer des activités accessibles à leurs enfants. Très vite, ils se sont dits qu'il était préférable de constituer une asbl.

Cela bouge pour les enfants différents

Ce sont d'abord des activités de psychomotricité qui ont vu le jour.

«La ville de Soignies a mis à notre disposition une salle et du matériel. Très vite, nous avons souhaité aller plus loin. Ensuite, nous avons décidé de proposer une activité escalade un dimanche par mois. Les enfants sont encadrés par des bénévoles, éducateurs, étudiants instituteurs,...», explique Paul Dascotte, président de l'asbl.

Même si l'association est née de la volonté de parents autistes, celle-ci s'est ouverte à tout type d'enfants différents.

Ainsi, par exemple, des enfants atteints de trisomie 21, participent aussi aux activités.

«Et il y a en a de tout âge. La plus grande a 25 ans et le plus petit 5 ans», souligne Paul Dascotte qui précise, qu'actuellement, l'association organise des activités pour une vingtaine d'enfants.

Non seulement, l'association a pour objectif d'occuper les enfants différents mais elle s'occupe aussi de la fratrie.

«Les frères et sœurs doivent accepter, par exemple, que les parents soient très occupés car la différence du frère ou de la sœur demande une grande attention. La fratrie est très importante. Pour les rencontres, nous bénéficions du soutien du docteur Massan qui est une dame qui avait un frère trisomique décédé à l'âge de 48 ans», poursuit Paul Dascotte.

Dans ce même esprit d'entourage des proches, des sorties «famille» sont organisées.

«Cela permet aux familles de passer une journée ensemble tout en se réservant des petits moments pour soi, grâce à l'encadrement des enfants par les bénévoles. Nous allons également organiser des week-ends permettant à la fois aux parents de se détendre entre eux et d'en profiter avec leurs enfants. Il faut savoir que les parents d'enfants différents éprouvent, non seulement, beaucoup de difficultés à trouver un établissement scolaire mais également à faire des courses en couple, aller boire un verre, au cinéma. Il est impossible de trouver des baby-sitter...».

Pour continuer à mener à bien ces différentes activités, l'asbl recherche encore des bénévoles.

«Cela ne peut être que pour une heure par semaine mais plus nombreux ils sont, mieux c'est», détaille le président de l'asbl. Pour mieux faire connaître l'association, celle-ci a un parrain de taille: Eric-Emmanuel Schmitt.

Celui-ci, qui côtoyait Paul dans son magasin connaissait donc son fils autiste Thomas.

«Il s'est renseigné avant d'accepter. C'est vraiment quelqu'un de bien qui aimerait, plus tard, écrire sur la différence».

Eric-Emmanuel Schmitt, le parrain de l'association

Un comité dynamique

Des enfants qui demandent une grande attention