HANNUT

Eoliennes : et que le vent tourne...

Inquiétude, doléances, pétition : la majorité de la population abaronnaise paraît tourner le dos aux éoliennes. Du moins telles qu'elles sont prévues.

Première rencontre citoyenne du MR lundi soir dans notre arrondissement et première levée de boucliers. Le contexte et le sujet de la réunion de Villers-le-Peuplier s'y prêtaient on ne peut mieux. Le contexte, c'était l'étude d'incidences du projet d'éoliennes de Cras-Avernas et le sujet (environnement - énergie - développement durable) son hameçon le plus favorable. Ce n'était pas fait exprès mais Hervé Jamar allait être mis sur la sellette. Parlant peu, il a surtout écouté...

Et sorti un chaînon jusqu'ici manquant dans la genèse du grand parc intercommunal projeté le long de l'autoroute: «Avant même que les communes se lancent dans le projet, les propriétaires des terrains loués pour les éoliennes avaient déjà signé des pré-contrats. Et parmi eux figurent des signataires de la pétition qui a circulé à Cras-Avernas».

Une pétition qui allait d'ailleurs lui être remise quelques intants plus tard par Yves Renard.

Le débat qui a suivi a mis en lumière de larges divergences dans les approches de la question . Vent de Raison avait délégué Luc Rivet pour réclamer un moratoire au nom de 34 groupes opposés à des projets d'implantation. Les voisins d'Oreye et de Crisnée ont rappelé leur ferme opposition à l'éolien terrestre. Les arguments sont les mêmes: risques d'insomnies, de nausées, de céphalées, de fatigue, de dépression et de moindre efficacité au travail. L'académie française de médecine recommande 5 fois plus de distance que la Région wallonne. Et Luc Rivet de dénoncer aussi les scandaleuses plus-values (4000% en 6 ans) réalisées par les promoteurs de Perwez sur le dos des contribuables. La faute aux certificats verts d'André Antoine, evidemment conspué par l'assemblée.