Étalle: un co ncept gonflé «artblock»

Primé au salon Bois et Habitat de Namur, Patrick Van Horenbeeck a conçu l'«artblock». Pour construire des maisons presque aussi facilement qu'en Lego.

À Étalle, plus besoin d e se prendre pour une fourmi pour construire sa maison en Lego! Patrick Van Horenbeeck a trouvé la solution: les «artblocks».

«Ce sont en fait des éléments modulaires, explique M.Van Horenbeeck, le concepteur. Tout est possible avec ce système.»

Le principe? Des blocs de bois, creux, de 80 centimètres de long minimum, avec une largeur variable selon le degré d'isolation choisi. À remplir avec un isolant. Le concept «artblock» ayant pour but d'arriver aux normes d'isolation européennes prévues pour 2010.

Des blocs à empiler. Pourquoi pas soi-même puisqu'une grue ne s'avère pas nécessaire.

L'un des avantages du système «artblock» est surtout l'absence de tassement. «Dans un chalet, au début, le bois se tasse , explique Patrick Van Horenbeeck. Ensuite, il monte et descend selon le froid.»

Pour ne pas obtenir de résultat similaire, le concepteur a imaginé de placer verticalement les fibres des plaques de lamellé-collé. «Ce qui donne un résultat cinq fois plus solide, et qui ne se déforme pas.»

L'importance des détails

En somme, le concept de l'«artblock» ramasse beaucoup de choses qui existent déjà.

«Mais l'innovation de ce produit réside justement dans l'assemblage de tous ces détails», est fier de préciser l'inventeur. Un concept ingénieux, qui s'adapte parfaitement à la tendance actuelle des maisons passives.

Le quart d'heure princier d'«artblock»

Les «artblocks», fabriqués par Artbois, à Étalle, ont remporté un vif succès au Salon Bois et Habitat, il y a quinze jours, à Namur. Le prince Laurent s'est même arrêté un quart d'heure sur le stand.

Patrick Van Horenbeeck et ses «artblocks» ont d'ailleurs remporté le prix des «éléments et systèmes constructifs». Une belle récompense!

Point de vue construction, il ne faut qu'une dizaine de jours pour monter une maison en «artblock». «C'est moins vite qu'une maison ossature en bois normale, explique le concepteur. Mais elle est finie tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.»

Quant à la fabrication des blocks, le système permet de passer directement des plans informatisés à la machine, qui sort le produit étiquetté. Comme pour une maquette.

Huit mois, c'est le temps qu'il a fallu à Patrick Vanhorenbeeck pour imaginer et concevoir le système «artblock». Un système breveté. «Il y a eu une recherche d'antériorité au niveau mondial, explique M.Van Horenbeeck. Pour voir si cela existait ailleurs.» Et rien.

Alors, lorsqu'on demande au concepteur comment personne n'y a pensé plus tôt... l'homme répond: «Je me le demande!»

Au salon Bois et Habitat, Patrick Van Horenbeeck s'est constitué une liste importante de contacts. Comme l'ECAM, l'école bruxelloise d'ingénieurs industriels qui souhaiterait suivre le développement du produit pour intégrer du béton à l'intérieur des «artblocks». Des Tchèques sont aussi intéressés par le concept.

Dans nos contrées, pas encore de maison «artblock». Le concept n'en est encore qu'à l'état de prototype. Mais pourquoi pas, dans un futur très proche.

«Si quelqu'un signe une maison en «artblocks» aujourd'hui, il pourra entrer dedans dans quatre mois», précise l'inventeur. Le tout pour un prix inférieur à celui d'une maison traditionnelle.

Le téléphone sonne. Patrick Van Horenbeeck s'absente quelques minutes. Il revient, souriant. Le coup de fil venait de loin: des Chinois voient dans les «artblocks» un produit intéressant. Pas mal, le Lego d'Étalle.