Échapper au parking payant en laissant le coffre ouvert, c’est fini à Tournai - 09/02/2018 16:55:00

Tournai - À Tournai, c’est fou le nombre d’automobilistes qui laissent leur coffre ouvert aux abords de certains commerces. Tout cela pour éviter de payer le parking. Mais la police a compris le truc et elle le fait savoir...

Ceux - et celles, car les dames ne sont pas en reste - qui ont pour habitude d’utiliser cette technique se gardent bien d’en faire trop de publicité. Elle s’est pourtant répandue comme une traînée de poudre ces derniers mois et, cela, tout particulièrement autour de quelques commerces dans le centre-ville.

De quoi s’agit-il ?

C’est simple, certains ont constaté qu’en laissant le coffre de leur voiture ouvert et en y laissant (à vue) un ou deux packs d’eau à l’intérieur, ils échappaient à l’obligation de payer leur emplacement de stationnement. Ils - et elles - tablent généralement - ou tablaient jusqu’il y a quelques jours - sur une certaine tolérance de la part des agents de CityParking. Car même si elle n’est pas inscrite formellement dans le règlement, la tolérance est, dans le chef des derniers cités, généralement de mise lorsqu’ils se trouvent face à un véhicule dont le conducteur est réellement en train d’effectuer un chargement ou un déchargement. Considérant de toute façon que seul le stationnement est payant et non l’arrêt (justifié). Certains automobilistes vont d’ailleurs jusqu’à placer un petit papier derrière leur pare-brise - en lieu et place du ticket d’horodateur qui aurait dû s’y trouver - en reprenant ces deux mots salvateurs : « en déchargement ». Force est de reconnaître que, jusqu’il y a très peu de temps, la pratique fonctionnait plutôt bien, d’où son succès. Comme chacun sait, les bons plans - surtout lorsqu’il s’agit d’échapper au parking payant - ne durent jamais très longtemps…

La police à la rescousse

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce ne sont pas les agents de CityParking qui ont pris les choses en main, mais bien la police de Tournai. Comme en toute chose, en matière d’échappatoire au parking payant, l’excès nuit également. Et, comme c’est souvent le cas en d’autres circonstances, ce sont ici (aussi) des mécontents - qui n’ont pas bénéficié de cette tolérance - qui ont mis la puce à l’oreille des pandores.

Lesquels ont vite fait de remarquer, à l’occasion de l’une ou l’autre ronde dans la zone payante, que certains chargements-déchargements semblaient durer plus que le temps requis pour ce type d’activité. Ils ont donc décidé de sévir sur base du Code de la route et du Règlement général de police de la ville de Tournai qui fait lui même référence au Code. 

Commissaire-divisionnaire à la police de Tournai, Joël Danis confirme : « Nous avons en effet été avisés de cette pratique par certaines personnes. Et nous avons donc effectué des rondes spécifiques en repassant à plusieurs reprises dans les mêmes rues où des voitures, avec le coffre ouvert, étaient stationnées sur des emplacements payants. Lorsque nous constations qu’il s’agissait manifestement d’un leurre, nous avons interpellé le conducteur et dressé procès-verbal. »

Arrêt et stationnement, c’est différent. Dans le Code, « véhicule à l’arrêt » désigne un véhicule immobilisé le temps requis pour l’embarquement ou le débarquement de personnes ou de choses.
« Véhicule en stationnement » désigne un véhicule immobilisé au-delà du temps requis pour l’embarquement ou le débarquement de personnes ou de choses.

++ Tous les détails dans notre édition de l'Avenir/Le Courrier de l'Escaut de ce samedi 10 février 2018 ++

Vincent Dubois (L'avenir)