Michel Lecomte à propos des matches de David Goffin retransmis sur Facebook: «C’est le futur» - 09/02/2018

TÉLÉVISION -

La nouvelle n’est pas passée inaperçue auprès de ses fans: David Goffin, soutenu par un sponsor, a acquis les droits des matches qu’il joue à l’ATP de Montpellier pour les retransmettre en direct (et gratuitement) sur Facebook. «Un beau coup», de l’aveu même de Michel Lecomte, le directeur des sports de la RTBF.



C’est le tennisman liégeois qui l’avait annoncé lui-même sur les réseaux sociaux: «Je serai en direct sur ma page Facebook à l’occasion de mon entrée en lice au tournoi de Montpellier.» Une jolie surprise qui se répétera toute la semaine tant que le Belge poursuit son aventure française et qui devrait profiter à la fois à ses fans et... à l’un de ses principaux sponsors.

En effet, si les amateurs de tennis peuvent vivre en direct le(s) prochain(s) match(es) sur Facebook, c’est surtout grâce à l’investissement financier du groupe AA Drinks qui a racheté les droits de diffusion de ces rencontres au groupe Lagardère. «Un coup d’essai» - dont le prix reste confidentiel - qui pourrait se répéter à l’avenir, selon Karine Molinari, l’agent du joueur.

Détentrice des droits pour d’autres grands événements de la discipline - «Nous retransmettons déjà Roland-Garros, la Coupe Davis et la Fed Cup» - la RTBF reconnaît que le staff de David Goffin réalise là «un beau coup». «À partir du moment où les chaînes de télévision ne peuvent pas tout acheter, c’est plutôt bien joué de leur part d’avoir sauté sur cette occasion, déclare Michel Lecomte, le chef des sports au sein du service public. D’un point de vue marketing, le sponsor fait une belle affaire. Et pour les fans, c’est tout bénéfice aussi.»

La crainte d’un géant mondial

Avec 1.500 heures de sport déjà programmées durant l’année qui vient, la RTBF ne se dit pas étonnée par l’offre proposée sur la page Facebook de David Goffin. «C’est dans la logique des choses, estime Michel Lecomte. Un peu à l’image des compétitions que nous retransmettons uniquement sur notre site Auvio, il faut s’attendre à ce que de plus en plus de compétitions filmées soient diffusées sur les réseaux sociaux. Ici, c’est Facebook, mais on peut imaginer la même chose avec Twitter par exemple.» À l’image de ce qui se fait déjà avec certains tournois de golf, par exemple.

Concurrencée par de nouveaux médias et de nouveaux acteurs sur leur propre terrain, les chaînes télévisées doivent-elles s’inquiéter du type d’initiative proposée par David Goffin et son entourage? Pas encore, à en croire le directeur des sports de la RTBF: «Pour l’instant, ces directs sur les réseaux sociaux ne concernent que des compétitions qui n’ont pas trouvé d’acquéreurs parmi les médias traditionnels.  Il n’y a donc pas de quoi s’inquiéter, surtout chez nous, à la RTBF, où, en plus d’être protégés par l’obligation d’y retrouver les événements sportifs majeurs, nous avons pérennisé nos droits télés jusqu’en 2020. Par contre, le système actuel pourrait être perturbé par l’arrivée d’un acteur mondial aux reins très solides. Concrètement, le jour où Facebook ou Netflix, par exemple, montreront de l’intérêt pour des événements sportifs, ça risque de poser problème. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé cette année avec les Jeux olympiques d’hiver...» Des Jeux dont les droits de diffusion ont été raflés par Discovery (NDLR: le propriétaire d’Eurosport) pour la somme de 1,2 milliard d’euros.

Alan MARCHAL (L'Avenir)