Chasse: Luc Alphand, le skieur qui n’aurait pas dû devenir chasseur - 12/10/2016 10:23:00

En posant fièrement aux côtés d’un mouflon qu’il venait d’abattre en Russie, l’ancien champion Luc Alphand rejoint ces chasseurs que l’opinion publique conspue.



Après le dentiste américain qui avait abattu le lion star Cecil au Zimbabwe (2015), le roi d’Espagne, Juan Carlos (2012), qui prenait la pose devant un éléphant au Botswana, le prince Harry photographié en 2004 devant un buffle en Argentine ou encore l’égérie belge du mondial de football 2014, Axelle Despiegelaere, tout sourire aux côtés d’un oryx; c’est au tour de Luc Alphand de susciter l’opprobre populaire.

L’ancien skieur français et depuis vainqueur du Paris-Dakar risque désormais de voir son image de marque écornée.

Un mouflon «dans le top ten mondial»

Une société spécialisée dans les voyages de chasse vient de publier quelques photos du champion aux côtés d’un mouflon de Nivicola. Le cliché a été pris au début de ce mois dans la péninsule de Kamtchatka, en Extrême-Orient russe. L’animal est massif et sa prise fait la fierté de l’organisateur du voyage: «après une grosse demi-journée de cheval à travers montagnes et rivières, nous atteignons enfin ce fameux sommet ou les mouflons ont leur habitude. En fin d’après midi j’ai la chance de faire tirer à Luc ce splendide spécimen classé sûrement dans le top ten mondial avec 104 cm de longueur et 61 cm de circonférence!» Dans la série de photos publiées sur Facebook, on y voit aussi Luc Alphand poser aux côtés d’un ours, même si ce trophée ne lui est pas attribué.

Mais pour un sportif, qui semble passionné par la nature, l’association avec ces chasses au gros animal pose question. Est-ce interdit? Pas forcément car ce type de chasse est réglementé. Par contre, en termes d’image de marque et d’éthique, c’est assurément contre-productif… «Il y a des réglementations internationales sur ce type de chasse, détaille Koen Stuyck pour le WWF Belgique. Si l’animal est repris à l’annexe 1 de la CITES (la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction), la chasse est interdite car l’espèce est menacée d’extinction. Si c’est à l’annexe 2, la population est vulnérable mais pas menacée. La chasse est possible mais strictement réglementée.» A priori, le mouflon tué par Luc Alphand ne figure dans aucune des deux listes.

Pour aller chasser aux quatre coins de la planète, ces tour-opérateurs de la chasse doivent obtenir des autorisations. «L’argent payé par le chasseur doit aller aux communautés locales ou à la conservation de l’espèce. Si la population est bien gérée, il est possible d’organiser une chasse aux trophées.»

La régulation par l’intervention de la chasse est-elle nécessaire pour certaines populations d’animaux? «Il y a en certains endroits des cas de surpopulation. Mais quand l’écosystème est sain, l’intervention de l’homme n’est pas nécessaire.

Dans certains cas, il peut y avoir un peu de chasse. On choisira donc les animaux les plus vieux, ceux qui ne savent plus procréer. Il faut un suivi scientifique.»

Il est donc assez complexe de juger l’ancien champion de ski sur un non-respect des règles internationales. Par contre, sur le plan éthique, ce n’est pas forcément l’image que l’opinion publique attendait de lui.

Une passion qui ne date pas d’aujourd’hui (vidéo de 2010)

Ces stars chasseurs qui suscitent la polémique

Emmanuel HUET (L'Avenir)