La pole dance, entre danse et acrobatie à Tournai - 07/01/2016 17:07:00

Tournai / Enghien -

La pole dance véhicule une image érotique. Pourtant, la discipline est un sport exigeant force et agilité. Des cours sont dispensés à Tournai et à Enghien.



Dans cette salle de sport tournaisienne, au parquet des plus classiques, se dressent sept grandes barres. Elles impressionnent les quelques filles qui découvrent, aujourd’hui, pour la première fois (ou presque) la discipline de la pole dance. «J’avais eu l’occasion de faire une séance d’essai il y a plusieurs mois, explique Marilyn. J’avais vraiment apprécié car je trouve que c’est un sport qui permet de travailler tous les muscles en profondeur, bien éloigné de l’image de strip-tease qu’il peut encore avoir…»

Loin des clichés sexy, érotique, voire vulgaire, la pole dance est désormais sortie des boîtes de strip-tease pour s’imposer comme un véritable sport. «On débute l’entraînement par une séance d’échauffement et d’assouplissement pour bien préparer le corps dont tous les muscles seront mis à rude épreuve, explique Isabelle Dardenne, professeure de Pole Dance Belgium. Au début, cela reste du travail au sol et autour de la barre. On commence ainsi par apprendre aux élèves de bien tourner autour de la barre, avec les pieds pointés, et de manière gracieuse. Et, ensuite, on enseigne quelques figures, en augmentant le niveau de difficulté au fur et à mesure.»

Il existe cinq niveaux: débutant, intermédiaire (I, II, III) et confirmé. Une trentaine de figures sont apprises dans les différents niveaux. «Ce sport compte des adeptes très différents, de toutes conditions physiques et de tous âges. Tout le monde peut participer, même sans être sportif à la base! Chaque élève évolue à son rythme et reste le temps qu’il faut dans chaque niveau pour progresser au mieux.»

La bonne ambiance règne dans le groupe, qui est composé que de filles. «Nous avons déjà eu quelques hommes dans nos cours, fait remarquer Isabelle Dardenne. Ils apprécient le côté gymnastique de la pole dance alors que les filles sont plus tournées vers l’aspect chorégraphique.»

Après la séance d’échauffement et de musculation, alors que les muscles commencent déjà à chauffer, les nouvelles adeptes de la pole dance commencent à toucher et à tourner autour de la barre. Les progrès se font rapidement sentir, enchaînant les différentes figures. Isabelle Dardenne prend même le temps de faire une petite démonstration pour montrer ce qu’elles seront amenées à réaliser d’ici quelques mois. Certaines des participantes semblent sceptiques d’arriver à un tel résultat.

Une question de confiance et de dépassement de soi

«Au début, on croit impossible de réussir certaines figures, mais à force d’entraînement et de renforcement musculaire des bras et des abdominaux, c’est relativement facile, fait remarquer la professeure. Quand les débutantes arrivent en cours et disent ‘je ne saurai pas le faire’, j’insiste ainsi pour qu’elles essaient et après elles sont tout étonnées de voir ce dont elles sont capables! »

Tout est ainsi une question de confiance. «Au début, les élèves travaillent en binôme afin de sécuriser la personne qui effectue l’acrobatie. Au fil des entraînements, on remarque également que les participantes prennent de plus en plus confiance en elles, en osant s’exprimer corporellement et en faisant abstraction de leurs craintes initiales.»

Cette confiance en elle, c’est ce que recherche Stéphanie en venant découvrir la pole dance. «J’ai envie de me prouver à moi-même ainsi qu’aux autres personnes que je suis capable de dépasser mes limites, reconnaît-elle. Je trouve également que la pole dance est une discipline esthétique, empreinte de sensualité sans vulgarité.»

À noter que les cours sont donnés les mardis et mercredis soirs au Studio Boo’G, à la rue de la Planche à Tournai au prix de 150 euros pour abonnement de 10 cours de 1h30 répartis sur un trimestre.

Pauline DENEUBOURG (L'Avenir)