Le président, qui a été salué à l’aéroport par le Premier ministre belge, Elio Di Rupo, a ensuite été accueilli en grande pompe par le roi et la reine des Belges, Philippe et Mathilde, au palais royal dans le centre de la capitale.

Plus de 300 personnes, selon la police, se sont rendues devant le Palais royal.

Sous des drapeaux des deux pays, des danses traditionnelles chinoises ont été réalisées pour l'arrivée du président de la Chine à Bruxelles. La voiture officielle a fait son entrée sous une haie d'honneur formée par plus d'une centaine de cavaliers de l'escorte royale à cheval.

Le couple présidentiel chinois a tout d'abord été salué par le roi Philippe et la reine Mathilde. La musique royale des guides a accompagné Xi Jinping et le Roi jusqu'aux représentants du gouvernement belge. Les dames ont emprunté un tapis rouge parallèle pour rejoindre l'entrée du Palais. Le Premier ministre Elio Di Rupo, accompagné entre autres de la vice-première Joëlle Milquet, du président de la Chambre des représentants André Flahaut et de la présidente du Sénat Sabine de Bethune ont salué le couple présidentiel chinois.

Dans le salon du vase, en présence de leurs épouses, le Roi a décoré du Grand cordon de l'ordre de Léopold le président Xi Jinping.

L'escorte royale à cheval a ensuite escorté le couple présidentiel jusqu'à la colonne du Congrès pour déposer une couronne de fleurs sur la tombe du soldat inconnu et raviver la flamme du souvenir.

Petit tour par Pairi Daiza

Le point phare de cette première journée sera l’inauguration en début d’après-midi au parc animalier de Pairi Daiza (sud de la Belgique) du pavillon accueillant les deux pandas géants prêtés fin février pour 15 ans par Pékin à la Belgique, dans le cadre de sa «diplomatie du panda»

La cérémonie réunira M. Xi et son épouse, la chanteuse populaire Peng Liyuan, au couple royal. Le programme officiel prévoit pour l’occasion la première apparition publique de Hao Hao, l’un des deux ursidés.

Pas de conférence de presse mais un discours

Lundi matin, Xi Jinping doit rencontrer successivement les présidents du conseil européen, Herman Van Rompuy, du Parlement européen, Martin Schulz, et de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

À sa demande, aucune conférence de presse n’est prévue à l’issue de ses entretiens, centrés sur les échanges économiques.

Le dirigeant chinois ne doit intervenir en public que mardi en fin de matinée, pour un discours consacré aux relations UE-Chine au Collège de l’Europe formant les fonctionnaires européens à Bruges.

Le commerce et l’investissement avec la Belgique doivent dominer le reste de sa visite, avec la signature, lundi après-midi d’une série de contrats avec M. Di Rupo, et la visite, mardi matin, de l’usine Volvo de Gand (nord), rachetée à Ford en 2010 par le constructeur chinois Geely.

M. Xi et la première dame chinoise doivent quitter la Belgique mardi après-midi, concluant leur première tournée européenne, qui les a menés de la Haye à Paris et Berlin pour dynamiser la coopération économique et politique avec le vieux continent.

"Les affiches d'un spectacle de danse dissimulées"

Des affiches et des drapeaux faisant la promotion d'un spectacle de danse chinois -celui de la compagnie de danse new-yorkaise Shen Yun Performing Arts- ont été recouvertes en vue de la visite du président chinois, affirme le mouvement belge Falun Gong.

La compagnie Shen Yun Performing Arts est à l'affiche en ce moment à Bruxelles à l'invitation du Falun Gong. Falun Gong est une technique de méditation née en Chine où elle est considérée comme sectaire et fait l'objet de poursuites.

Selon l'aile belge de Falun Gong, les affiches et les drapeaux de promotion du spectacle à Bruxelles ont été recouverts de drapeaux chinois officiels dimanche matin, sans doute, selon Falun Gong, par des étudiants chinois en vue de la visite de leur président en Belgique.

Falun Gong affirme également qu'il y avait des pressions de la part de l'ambassade de Chine d'interdire le spectacle prévu au Théatre National. "Ils veulent faire taire Shen Yun autant que possible", indique Nicolas Schols du Falun Gong Belgique.