Richard Miller, le patron du centre d’études du MR, le Centre Jean Gol, évoque samedi dans le quotidien Le Soir l’idée d’une «démocratie directe» où certains parlementaires seraient tirés au sort dans la population.

Le Centre Jean Gol organise samedi une conférence-débat, «Réinventer la démocratie», lors de laquelle il sera question de «démocratie directe».

«Aux yeux des libéraux, la démocratie n’a jamais été figée: la démocratie représentative est un bon système, parce qu’il faut du temps pour prendre des décisions, une attention constante, des structures permanentes, mais les libéraux se sont toujours méfiés de ce que l’on pourrait appeler «le risque d’une dictature de la majorité». D’où notre souci d’améliorer les choses. C’est peut-être à nouveau le moment aujourd’hui», explique Richard Miller.

Il pense au référendum, à la consultation populaire, mais aussi à l’idée de tirer au sort quelques citoyens «pour exercer des responsabilités politiques, siéger au Parlement à part entière, avec vote décisionnel, etc.».

Et le sénateur de préciser sa pensée: «l’idée est d’ajouter au système représentatif des mécanismes permettant d’aller chercher directement l’avis des citoyens, de promouvoir leur intervention. Le tirage au sort peut y contribuer. Attention: je ne dis pas que le MR va inscrire cela dans son programme, c’est une réflexion personnelle. Mais la discussion que nous aurons ce samedi est une étape. Les modalités sont à discuter».