Le ministre wallon des Technologies nouvelles, en charge de l’Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt, et la ministre de l’enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet, ont en effet annoncé lundi, dans un communiqué, la sélection par un jury d’experts de 72 nouvelles écoles, sur 450 dossiers de candidature, dans le cadre du deuxième appel à projets «écoles numériques».

Un budget de près d’un million et demi d’euros (pour l’équipement informatique) a été dégagé.

«Portables, TBI, baladeurs numériques, caméras et appareils photos numériques, tablettes et autres smartphones, clouding, cyberclasses mobiles seront désormais expérimentés dans le cadre des 100 projets pilotes», précise le communiqué.

Afin d’épauler le corps enseignant, des conseillers du Service public Wallonie, de Technofutur TIC et de l’ULg ont été désignés, ainsi que quinze nouveaux assistants à la maintenance informatique des écoles et des personnes ressources pour soutenir l’équipe éducative porteuse du projet.

Implémenter davantage l’usage des technologies

En étroite concertation avec les acteurs de l’enseignement, le «Plan TIC pour l’éducation» a pour objectif d’implémenter davantage l’usage des technologies de l’information et de la communication dans l’approche pédagogique, améliorer et moderniser le fonctionnement de la communauté éducative par une mise à disposition des outils TIC adéquats, et «créer les conditions afin que le système éducatif tire profit de la société numérique pour soutenir l’épanouissement des jeunes et développer leurs compétences, leur créativité, leur esprit critique, leurs capacités d’analyse, ce, notamment, pour dépasser le stade de la simple ‘consommation’des TIC».

Les 28 premières «écoles numériques» ont déjà testé les nouveaux usages pédagogiques induits par les TIC durant 18 mois (de janvier 2012 à juin 2013).