L’enseignement universitaire flamand reçoit donc davantage de financement de l’industrie que par exemple les universités américaines ou anglaises, rapporte De Morgen lundi. Au sein de l’OCDE, la Flandre devance l’Allemagne (15,1 %). La plupart des fonds sont investis dans les branches économiques, médicales et d’ingénierie.

Selon ECOOM, ce résultat des universités flamandes est «le signe clair et significatif de la qualité et la pertinence du travail scientifique réalisé dans nos institutions académiques».

«Le pourcentage est assez élevé», commente pour sa part Rik Torfs, futur recteur de la KULeuven. «Je ne suis pas contre le sponsoring mais nous devons préserver l’équilibre pour garantir notre indépendance.»