Jo , c’est la nouvelle série policière formatée pour le petit écran dont la RTBF (qui coproduit) propose en exclusivité les deux premiers épisodes ce soir. TF1 enchaînera dès le 25 avril.

Jo est «un grand flic, capable d’intuitions brillantes, aussi à l’aise dans l’action que dans la réflexion, […]. Héros complexe et charismatique qui porte un lourd passé […]», nous apprend le synopsis de la série de René Balcer (New York section criminelle).

Mais Jo, c’est aussi Jean Reno, à qui on peut certes trouver un certain charisme mais qui à force de déjouer est aussi expressif qu’un fer à repasser. Pour ne rien arranger, les doublages de la série, tournée en anglais, sont catastrophiques. Ça aura au moins le mérite de foutre le bourdon aux amateurs d’une autre série policière, culte celle-là : Inspecteur Derrick. Mais on doute que le commissaire parisien atteigne les 281 enquêtes de l’inspecteur allemand…

On est dur? On l’aurait été plus encore si on n’avait regardé que le 1er épisode, Notre-Dame. Mais comme on sait faire preuve d’abnégation, on a quand même visionné le deuxième.

Alors, peut-être est-ce déjà de l’accoutumance, mais il faut reconnaître qu’il y a un mieux. Disons du niveau d’un bon Julie Lescaut. Mais ne crachons pas sur la commissaire rouquine désormais pensionnée, le succès populaire de la série parle pour elle.

Jo/Jean Reno devrait donc pouvoir aussi trouver son public. Avec d’autres atouts : un univers plus sombre, un personnage torturé et une intrigue familiale autour de sa fille (bien moins rangée que celles de Julie Lescaut) qui vaut autant sinon plus que ces deux premières enquêtes cousues à la grosse ficelle. Allez, si Derrick ne passe pas à la même heure, peut-être même qu’on regardera le 3e épisode.

La Une, 20.15