Les femmes de sa vie

Nathalie Baye : «Je n’avais pas l’habitude de draguer des filles comme Nathalie, elle était à part. C’était une intello, avec que des copains qui avaient voté Mitterrand, mettaient des foulards et des pantalons en velours et allaient au festival d’Avignon.»

Adeline Blondieau : «Adeline était hystérique, à la moindre contrariété, elle balançait les chaises par la fenêtre. […] C’est un serpent, elle me cocufiait tout le temps.»

Laeticia Boudou : «C’est une femme profondément gentille, entière, il n’existe pas une once d’égoïsme en elle. […] C’est tellement injuste ce qu’on a pu dire sur elle. Elle est tout sauf la description minable qu’on en a fait dans ces journaux qui salissent, qui médisent, qui prédisent, qui vendent en supposant l’âme des gens.»

Ses collègues

Henri Salvador : «Salvador, qui disons-le franchement, était un vieux con, a crié : «Sortez-le! Il est indigne de la chanson française.»

Cloclo : «Je pense que c’est son drame qui en a fait un mythe. […] Il bossait dix fois plus que moi. Mais il n’arrivait jamais à faire ce que je faisais. […] Il draguait mes nanas et, en désespoir de cause, se tapait mes ex.»

Michel Sardou : «À force de passer pour un vieux con réac’, il l’est devenu. De toute façon, il a toujours été jaloux de moi, toujours voulu faire la même chose que moi. […] Doit-on lui donner le numéro d’un psy?»

Ses amis

Eddy Mitchell : «Mon plus vieux pote. Mon ami en or.»

Jean Reno : «C’est une amitié plus récente mais très forte.»

Jean-Paul Belmondo : «On a fait les quatre cents coups ensemble. C’était le plus sportif, le plus vif, le plus vivant d’entre-nous. […] Tu me manques souvent, Bébel, et puis je ne t’appelle pas assez pour te le dire.»

D’autres petites phrases…

Ses fans : «J’ai un rapport complexe avec mes fans. Je sais ce que je leur dois. Ils ont une partie de ma famille de cœur. Mais certains de mes fans me mettent mal à l’aise. […] Ceux qui me font vraiment flipper, c’est les sosies. Ça ferait peur à tout le monde.»

La gauche : «Je n’aime pas la médiocrité. Je pense que la gauche pousse vers ça. Je ne suis pas pour que les gens pauvres le soient. C’est malheureux, il faut les aider. Mais pas en leur faisant l’aumône.»

Les Enfoirés : «Maintenant, c’est la kermesse. C’est formidable parce que c’est pour une bonne cause mais je peux vous dire que c’est pas l’esprit de départ.»

Depardieu : «C’est toujours un ami d’ailleurs, mais ce mec est fou. C’est le seul type plus épuisant que moi. […] C’est ça, Gérard, la surenchère. L’escalade amusée du désespoir.»

Brel : «Ce mec m’impressionnait, quel artiste, quel grand artiste! Une plaie ouverte. Il ne dormait jamais, c’était un sacré fêtard.»