Les organisateurs, soutenus par l'Eglise catholique et l'opposition de droite, entendaient maintenir la pression alors que le Parlement va examiner à partir du 29 janvier le projet de loi sur l'ouverture du mariage et de l'adoption au couple homosexuel.

"Cette manifestation a valeur de test pour François Hollande parce que là, on voit très clairement qu'il y a en France des millions de Français qui sont probablement préoccupés par cette réforme", a déclaré Jean-François Copé, le secrétaire général du principal parti de droite UMP, à son arrivée dans le cortège.

L'archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, s'est joint au cortège pour manifester son "soutien" et ses encouragements aux organisateurs de la manifestation contre le mariage homosexuel.

Pas de référendum

Le député socialiste de Paris Jean-Christophe Cambadélis lui a reproché de mener "un combat douteux contre l'amour" en bataillant contre le mariage homosexuel.

La police attendait entre 150 000 et 300 000 participants. Les anti-mariage gay avaient rassemblé 100 000 personnes contre le projet le 17 novembre. Une manifestation en faveur de la réforme est prévue le 27 janvier. Finalement, c'est 800 000 personnes qui ont participé à cette manifestation selon les organisateurs.

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a réaffirmé que le gouvernement maintiendrait son projet, quelle que soit l'ampleur de la manifestation de ce dimanche, excluant également un référendum réclamé par une partie des opposants et par 115 parlementaires dans un appel solennel.

Une majorité de Français, 56%, sont favorables au mariage gay. Le soutien des Français à l'ouverture de l'adoption pour les homosexuels est moins fort, à 50%, selon un dernier sondage.