« Les individus que nous avons inculpés ne sont pas des manifestants pacifiques. Ce sont des terroristes de l’intérieur des États-Unis », a souligné samedi la procureur Anita Alvarez devant des journalistes, ajoutant que « parmi les cibles qu’ils visaient figuraient le siège de campagne du président Barack Obama ou la maison du maire (de Chicago) Rahm Emanuel ».

Les avocats de ces trois personnes, arrêtées mercredi lors d’une descente de police, ont affirmé que leurs clients étaient « innocents » et leurs interpellations un « coup monté » des forces de l’ordre pour discréditer le mouvement de contestation.

La procureur et la police ont indiqué détenir de nombreuses preuves que les « anarchistes autoproclamés » fabriquaient des cocktails Molotov et envisageaient de semer le trouble en marge du sommet de l’Otan.

Ils ont également évoqué des projets d’attentats contre quatre postes de police, et l’une des personnes interpellées aurait même dit: « Avez-vous déjà vu un flic en feu ? « , selon Mme Alvarez.

Pour accueillir le sommet de l’Otan, Chicago a placé son centre-ville sous haute sécurité, dans l’attente notamment d’une manifestation d’opposants prévue dimanche midi.

Un responsable policier, Garry McCarthy, a insisté sur le fait qu’il n’y avait pas de « menaces imminentes » mais n’a pas voulu préciser si d’autres arrestations avaient été effectuées concernant ce projet d’attentat.

« L’enquête n’est pas close », a-t-il dit aux journalistes. « Cette étape devait être menée, vu le danger que ces gars représentent », a-t-il ajouté.

Les trois personnes interpellées sont Brian Church, 22 ans, de Fort Lauderdale (Floride, sud-est), Jared Chase, 27 ans, de Keene (New Hampshire, nord-est) et Brent Betterly, 24 ans, du Massachusetts (nord-est).

Plusieurs manifestations ont déjà eu lieu à Chicago et 14 personnes ont été interpellées, la plupart pour des délits mineurs.