Dans une interview au Soir, le ministre-président wallon Rudy Demotte pousse ce qu’il qualifie de « coup de gueule » contre le « capitalisme qui dérape » et qui met en danger la paix sociale et l’économie. Il appelle aussi à élaborer des plans de relance.

Interrogé sur les propos tenus par le patron d’Adecco il y a quelques jours (Patrick De Maeseneire avait déclaré « si vous pouvez quitter la Belgique, courez ! »), Rudy Demotte dit placer son coup de gueule sous l’angle de la morale. « On est en dehors des balises, des repères, on entre dans l’amoralité. »

« Ce type de comportement du patronat est aux antipodes de la paix sociale, comme du développement économique. Cela ressemble à un retour au vieux patronat du XIXe siècle ! » , s’insurge-t-il. Le ministre-président en appelle aux patrons modérés qui doivent prendre conscience que « le climat entrepreneurial du pays, et singulièrement de la Wallonie, nécessite autre chose que ces discours offensifs et cyniques ».

Rudy Demotte plaide pour que l’on prenne, aux niveaux européen et belge, des plans de relance de l’économie. « Le message d’une partie de la droite, notamment destiné au patronat, c’est qu’on va tout régler avec la rigueur et en diminuant le poids de la parafiscalité et de la fiscalité. C’est faux. Il faut maintenant un soutien à la demande interne, et un soutien à la réindustrialisation. »