Un Comité ministériel restreint s'est tenu ce jeudi matin. A l'issue de celui-ci, le Premier ministre Elio Di Rupo a annoncé que la journée de deuil national décrétée mercredi aurait lieu ce vendredi 16 mars. A cette occasion une minute de silence sera observée dans tout le pays à 11 heures. Il s'agira du premier deuil national depuis la catastrophe de Ghislenghien en 2004.

Par ailleurs, un avion de transport militaire C-130 avec des cercueils quittera l'aéroport de Melsbroek pour Sion (Valais) à 17h00, mais il ne pourra plus revenir dans la soirée. L'appareil ne peut en effet pas décoller de l'aéroport de Sion après la tombée de la nuit. Les dépouilles ne seront donc pas rapatriées avant ce vendredi. Il n'est toutefois pas impossible que l'Airbus transportant des familles reviennent encore ce jeudi soir de Genève.

6 blessés de retour dans l'après-midi

Quant aux 24 blessés, trois d'entre eux sont toujours intransportables. Pour un quatrième blessé grave, la décision sera prise dans la journée.

Sur les 20 autres blessés, 3 rentrent en voiture avec leur famille et 3 rentrent via un vol de ligne de SN Brussels Airlines ce jeudi dans l'après-midi. Les autres enfants rentreront par avion médicalisé, a indiqué la ministre de la Santé Laurette Onkelinx.

La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet a pour sa part précisé qu'il y aura sans doute des chapelles ardentes à Lommel et à Louvain mais que les décisions à ce sujet doivent encore être prises en accord avec les familles et les autorités locales.

Le Premier ministre a souligné que le gouvernement est à la disposition des familles. "Nous ne nous substituons pas aux familles. Il leur appartiendra de décider ce qu'elles veulent en collaboration avec les autorités locales".