Il plaide notamment pour la suppression du lundi férié de la Pentecôte, un arrêt des engagements dans la fonction publique et une nationalisation temporaire des centrales nucléaires.

« Cessons le tumulte politique, ceci est un appel au leadership », lance M. De Crem sur son site internet, quelques heures avant la remise attendue d’un rapport du comité de monitoring sur l’ampleur du trou budgétaire à combler.

Encourageant tous les niveaux de pouvoir à partir à la recherche d’un montant de 2,5 milliards d’euros, le ministre de la Défense estime qu’un retour à l’équilibre budgétaire en 2015 nécessite plus quelques mesures marginales.

« Les gens attendent désormais ce qu’ils sont en droit d’attendre de leurs dirigeants, à savoir du leadership », souligne M. De Crem.

Et d’y aller de plusieurs propositions, comme celle d’imposer un arrêt aux recrutements dans la fonction publique. « Même le recrutement sélectif ne peut plus être une option entre 2012 et 2016 », estime le ministre de la Défense, qui a réduit de 8.000 unités les effectifs de l’armée depuis 2007.

Pieter De Crem propose aussi de ne plus considérer le lundi de Pentecôte comme un jour férié, « ce qui générera immédiatement une croissance économique de quelques pour cent du produit intérieur brut (PIB) », selon lui.

Il s’attaque aussi, pêle-mêle, aux coûts salariaux « trop élevés », à la définition des produits repris dans l’indice ou au blocage des prix de l’énergie. A ce sujet, une solution serait de nationaliser les centrales nucléaires, avant de les re-privatiser à des opérateurs qui auront marqué leur accord sur un Plan national concernant l’énergie.