« Je veux que tout le monde sache ce qu’il m’a fait » confesse Jean-Luc dans le journal Sud-Ouest. Et pour parvenir à ses fins, l’homme a donc rédigé un tract qu’il distribue devant une grande surface. Il compte même le déposer dans les boîtes aux lettres.

Sur ce bout de papier, Jean-Luc a pris ses précautions. Ainsi, il a imprimé la photo de sa femme et de son amant, mais il a flouté leurs visages. C’est qu’il est conscient des risques. D’un point de vue judiciaire, il est limite-limite. Car s’il ne donne pas complètement l’identité de son rival, il en livre l’âge, la profession et les activités connexes ainsi que son prénom.

Vers un divorce

En abordant les badauds, Jean-Luc se présente avec un piteux « Bonjour madame, c’est moi le cocu ». Sur son tract, il se lamente : « Il m’a pris ma femme, amour de ma vie (preuves à l’appui) ».

Et l’avenir, comment le voit-il, Jean-Luc ? « Je crois qu’on va tout droit vers un divorce ». Ah ça, c’est sûr que la distribution de tracts dénonçant les amants terribles ne sera pas un gage de retour au calme dans le ménage de ce cocu qui n’a rien de magnifique.