Un enfant de 17 mois, le petit Andy, a été admis en clinique dimanche, porteur de nombreuses marques sur le corps. Le personnel soignant a rapidement alerté les autorités judiciaires. L'enfant, grièvement blessé, semblait lundi matin entre la vie et la mort.

Les faits se sont passés dans un appartement de la rue du Laboratoire, dans le quartier de la Ville-Haute, à Charleroi. Le logement est occupé par une couple d'une vingtaine d'années, formé d'une jeune mère et de son concubin, avec qui elle vit depuis peu. La jeune femme a un bébé, Andy, âgé de 17 mois, d'une précédente union.

Dans des circonstances encore à déterminer, une scène s'est déroulée dans l'habitation et l'enfant a reçu une série de coups. Il a été admis en clinique et, au vu de la nature des traces relevées, le personnel soignant a alerté peu après les autorités judiciaires.

Sévices sexuels

Dans la matinée de lundi, la mère et son concubin étaient entendus dans les locaux de la police locale. L'enfant, qui aurait reçu des coups sur tout le corps, était, semble-t-il, dans un état de mort cérébrale. La police soupçonne le beau-père, Jonathan Brichard, d'avoir porté des coups au bambin.

C'est Brichard lui-même qui a prévenu les secours en donnant une version des faits ne collant pas aux meurtrissures encourues par l’enfant. Un examen plus approfondi a en effet révélé un hématome sous dural et plusieurs hémorragies cérébrales. Et peut-être, comble de l’horreur, des traces de sévices sexuels.

Face à ces éléments, le pédiatre en chef a prévenu le Parquet de Charleroi qui a aussitôt mis l’affaire à l’instruction. Jonathan Brichard et sa compagne, Mélissa, qui n’était apparemment pas présente au moment des faits, ont été ramenés au poste de police et interrogés durant toute la nuit.

A l’heure d’écrire ces lignes, le couple niait toujours toute maltraitance mais devait comparaître devant la juge d’instruction. Le mandat d’arrêt du beau-père ne semblait faire aucun doute. Restait à déterminer le degré d’implication de la mère du petit Andy.

Avec Belga

+ Prolongez l'info dans L'Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce mardi 29 septembre