Gembloux, vendredi matin. Début de révision pour les 22élèves de Geneviève Hendrickx.

-Débrouille-toi d'abord tout seul...

-Lis la question, Loulou.

«La lecture des consignes, c'est le plus important, insiste l'institutrice. À la réunion du début d'année, je demande aux parents que petit à petit ils laissent leur enfant travailler seul. Qu'ils vérifient s'ils étudient, mais ne les mettent pas sur la voie tout le temps. En 6e, le gros travail, c'est l'autonomie. Il faut les aider à trouver une méthode de travail.»

La révision commence par l'éveil géographique. Noé, Cécile, Mathieu, Marie, Adrien et les autres sont plongés dans l'examen de juin 2007. Dont on vous propose des extraits jusqu'à vendredi, au centre du journal.

Correction collective.

- Justine, que dit-on à propos de Tom?

- Tom habite les Étas-Unis....

- Tom habite quel continent?

- L'Amérique.

- Mais Madame, il est marqué États-Unis...

Geneviève Hendrickx sort la mappemonde. Tout s'éclaire. «J'avais remarqué en passant près d'une élève qu'elle avait écrit la Belgique pour Émile, qui habite Liège...» Toujours ces fameuses consignes.

Sur ses 22élèves, MmeHendrickx en voit 7-8brouillés avec elles. «Souvent, ils connaissent la réponse, mais ils ont besoin qu'on les rassure sur le chemin qu'ils prennent. Qu'on leur dise Vas-y, fonce. La preuve, c'est qu'en général, quand on n'est pas là, ils y arrivent. Ils s'organisent en fonction...»

Comment réconcilier un enfant avec les consignes? «Le faire lire lui-même la consigne. Lui demander de reformuler ce qu'on lui demande. Puis de retrouver les données dont il dispose. De retrouver celles qui lui sont nécessaires pour trouver la réponse. Ça induit tout le reste...»

«À part la consigne, les élèves ont aussi des difficultés à transférer un savoir d'un contexte vers un autre. Par exemple, on a vu les échelles, et on a vu les volumes. Si on leur demande de calculer un volume à l'échelle 1/500e, on mélange les compétences.»

«C'est ce qu'on fait toujours. On ne saurait pas travailler de la géométrie sans évoquer les mesures de grandeurs. On ne peut pas travailler le savoir écrire sans conjugaison ou concordance des temps...»

«Et une troisième grosse difficulté, c'est la lecture. Certains dévorent de véritables briques, mais pas tous...»

Mais revenons à la révision. Chez MmeHendrickx, il y a des cahiers de référence. Avec, «en rouge, ce qu'il faut connaître totalement; en vert, ce qu'il faut relire; et en orange, les exercices.»

«En cours d'année, je leur ai déjà donné des exercices de 2005 ou 2006. Ici, on va revoir le CEB de 2007. En principe, ils auront déjà pas mal revu avant le premier jour. Et comme ils sont libérés les quatre après-midi de l'épreuve, ils recevront une petite feuille d'exercices. C'est surtout utile pour ceux qui seront seuls chez eux.»

Mais restons cool. «Je pourrais déjà presque dire maintenant que tel élève aura telle difficulté. On connaît nos élèves. À part le stress qui pourrait perturber l'un ou l'autre, les bons élèves restent bons, les moyens moyens et les plus faibles font de meilleurs résultats, sauf si le stress s'en mêle...»

Vendredi après-midi, Alain Nicolas, le directeur, est venu rassurer tout ce petit monde. «La seule différence par rapport aux autres années, c'est le lieu. Ici, ils seront à 200 et des au Foyer communal, en dehors de l'école. Tous les 6esde Gembloux», résume MmeHendrickx.

D'ici là, elle aura profité de chaque révision pour rappeler les petits trucs. Comment sait-on que l'Arctique est au Nord et l'Antarctique au Sud? Parce que le premier a moins de lettres et flotte, tandis que le deuxième coule en bas du planisphère...

Bonne révision à tous et surtout, avant le 19, «aérez-vous et reposez-vous. Surtout, qu'ils aillent dormir bien tôt...»

+ Prolongez l’info dans L’Avenir, Le Jour, Le Courrier de ce mardi 10 juin.